Le prix Fritz Kunz

 

Ce prix doit son origine à un legs fait à la SHAN en 1948 par M. Fritz Kunz dans le but d'instituer un prix destiné à récompenser le meilleur travail sur l'histoire du canton, de la ville ou sur des sujets admis par le comité de la Société.
Après quelques éclipses, le prix est à nouveau remis régulièrement depuis 1995. Le concours porte depuis 1997 sur les travaux de fin d'études en histoire (mémoires de licence et de master) réalisés à l'Université de Neuchâtel ou portant sur l'histoire neuchâteloise.
En 2000, afin de mieux mettre en valeur les travaux récompensés, le Comité de la SHAN a décidé de désigner, en plus du lauréat, un ou deux vice-lauréats. L'ensemble des travaux primés fait l'objet d'une présentation publique à l'occasion de laquelle les prix sont formellement remis.

 

Le prix Kunz 2015 est décerné à

 

Cloé Lehmann

 

 

Les lauréats depuis 1995

2014 : non attribué.

2013 : Laura Sandoz : Affirmation du corps civique et création d'un espace commun: l'édification des fontaines à banneret en Pays de Vaud dans les années 1530 et 1540, et Matthieu Lavoyer : Les lettres de cachet de la République. L'internement administratif dans le canton de Neuchâtel (1939-1963), une procédure d'exception dans un régime démocratique.

2012 : Sabrina Bulgheroni : Une neuchâteloise à Milan (1947-1969), le quotidien de la microsociété familiale de Denise de Montmollin, et Arnaud Besson : Le Moyen Âge mythique des neuchâtelois : la chronique des chanoines et autres textes apocryphes.

2011 : David Burkhard : La répression des anarchistes dans le canton de Neuchâtel au temps de la propagande par le fait (1878-1895), et Cyril Jornod : Grèves et identités ouvrières. Naissance, vie et mort des grèves des maçons et manoeuvres en 1906 à Neuchâtel, en 1904 et 1907 à la Chaux-de-Fonds.

2010 : Grégoire Oguey : Les Monuments parlants de Jonas Bariller, et Jan Sikorovsky : De la fondation du Musée Kosciusko à la fermeture du Musée de Rapperswil (1936-1952) : deux exemples d'un anticommunisme suisse ?

2009 : Joël Jornod : Louis Turban (1874-1951), horloger à La Chaux-de-Fonds, et son monde. Fragments de vies minuscules.

2008 : Manuela Maffongelli : Nido d'infanzia (1929-1980) : genèse, vie et extinction d'une initiative philanthropique privée en faveur de l'enfance tessinoise et Andreas Blöchlinger : Ed. Dubied & Cie SA. De l'atelier à la multinationale familiale (1867-1975). Expansion internationale, diversification, pouvoir familial au sein d'une fabrique de machines à tricoter.

2007 : Karim Boukhris : La peine de bannissement dans le canton de Neuchâtel de 1848 à 1891 et Théo Bregnard : Le rôle du mécénat horloger dans le développement culturel de La Chaux-de-Fonds (1920-1980).

2006 : Régis Huguenin : L'émergence des transports publics en ville de Neuchâtel. Mutations techniques, urbaines et sociales, 1890-1914 et Marco Wyss : Dr. Franz Riedweg. Un «paneuropéen» suisse au service de la SS.

2005 : David Gaffino : "Neutralité, solidarité, universalité, disponibilité?" Les autorités et les entreprises suisses face à la guerre du Vietnam (1960-1975).

2004 : Isabelle Chuat : Suchard 1960-1980 : stratégie de développement: diversification et alliances, et Philippe Hebeisen : Une histoire de la frontière : police, gendarmerie et réfugiés civils aux Verrières (Neuchâtel), 1939-1945.

2003 : Yvonne Tissot : Autour de la fondation du casino de La Chaux-de-Fonds, 1835-1855 : un théâtre à l'italienne miroir de la haute société chaux-de-fonnière du XIXe siècle.

2002 : Damien Cottier : Max Petitpierre, la neutralité et le plan Schumann, et Pierre-Olivier Léchot : Cohabitation et intolérance, la gestion d'une coexistence confessionnelle sous l'Ancien Régime (Le Landeron, 1565-1754).

2001 : Thomas Perret : Industrie, Etat et recherche appliquée en Suisse. L'exemple du Laboratoire de Recherches Horlogères (LRH), 1921-1939 ; Anne-Laure Sans : La rançon de Montereau. Comptes d'un voyage de seigneurs neuchâtelois à Paris (1419-1420), et Sébastian Vivas : L'ancre et la plume. Le Journal suisse d'horlogerie (1876-2001).

2000 : Laurent Feuz : Un aspect de l'idéologie hygiéniste en ville de Neuchâtel : l'évacuation des eaux usées (1834-1885) ; Jeanne Laett : Le refuge littéraire en Suisse à l'époque du national-socialisme (1933-1945), et Hélène Pasquier : La "chasse à l'hectolitre" de la brasserie Müller SA (1885-1953).

1999 : Christophe Stawarz : La paix à l'épreuve. Le pacifisme à La Chaux-de-Fonds de la fin du XIXe siècle à la veille de la Première Guerre Mondiale.

1998 : Nicole Malherbe-Parisod : Les maladies vénériennes à Lausanne et à Neuchâtel de 1868 à 1950. De la diversité d'une lutte, de ses enjeux et de l'image du malade.

1997 : Damien Bregnard : Le régiment du Prince-Evêque de Bâle au service de France lors de la campagne de Corse (1768-1770).

1996 : non attribué.

1995 : Anne-Françoise Schaller-Jeanneret : L'histoire de l'Université de Neuchâtel dans la seconde moitié du XIXe siècle.

 

 

Règlement Prix Kunz (pdf, 19 Ko)